«Se rappeler des souvenirs fait tout simplement du bien.»

Lilian Fankhauser anime des cafés-récits et adore les récits de vie. Avec six camarades d’études, elle a fondé une association qui promeut la narration de récits de vie (Verein zur Förderung lebensgeschichtlichen Erzählens). Elle nous dévoile comment faire sortir les plus timides de leur réserve et pourquoi partager des souvenirs rend heureux.

 

Interview: Anina Torrado Lara
Photos: privées

Qu’est-ce qui vous a amenée à la narration de récits de vie?

Lilian Fankhauser: Le CAS «Lebenserzählungen und Lebensgeschichten» (Récits de vie et accompagnement biographique) de l’Université de Fribourg m’a ouvert la voie. Cette formation fantastique m’a appris à mettre un espace de narration à disposition d’autres personnes et à les encourager à partager leurs souvenirs. Avec six étudiantes rencontrées lors de cette formation, nous avons fondé une association promouvant la narration de récits de vie pour rester en contact et continuer à échanger.

Comment encouragez-vous les personnes timides à partager leurs expériences?

Il existe des techniques de modération. À l’instar d’un journaliste, on peut formuler ses questions de façon légèrement différente: plutôt que de demander quels pays une personne a visités, je lui demanderais «Comment t’es-tu senti-e, la première fois que tu t’es rendu-e à l’étranger? Qui était du voyage?». Il ne s’agit pas de l’itinéraire, mais des sentiments, des expériences et des émotions.

Cela doit être une tâche ardue dans notre société axée sur la performance.

En effet, il faut se libérer des schémas narratifs habituels. De nombreuses personnes ont l’habitude de présenter leur parcours comme dans un C.V. Mais partager des récits de vie est autrement plus complexe, car on s’intéresse aux émotions et aux expériences faites au cours d’une vie. Les souvenirs nous aident à classifier ce que nous entendons, voyons et faisons.

Sous quelle forme la narration de récits de vie peut-elle se dérouler?

Outre les cafés-récits, les formats peuvent être multiples. Une metteuse en scène a par exemple réalisé une pièce de théâtre avec la brasserie Cardinal lorsque cette dernière a fermé ses portes. Les collaboratrices et collaborateurs y ont thématisé leur ressenti, ce qui leur a permis de mieux gérer cette étape difficile. Christian Hanser a pour sa part transformé une vieille roulotte en un coffre au trésor rempli de jouets en bois datant de son enfance. Toute personne qui le souhaite peut venir jouer et s’immerger dans ses souvenirs. Une réalisatrice de cinéma travaille avec des personnes atteintes de démence dans un EMS. À Berlin, la troupe Playback-Theater Tumoristen aide des personnes ayant une tumeur à gérer leurs émotions. Toutes ces formes de la narration et du souvenir sont extrêmement bénéfiques.

Que provoque la narration au fond de nous?

Le récit crée de la proximité et du respect entre les personnes. Lors d’un café-récits par exemple, les personnes passent du temps ensemble, clarifient leurs pensées et voient des souvenirs individuels se transformer en trame narrative. Après un café-récits, je suis aux anges pendant deux jours, car j’ai entendu de magnifiques histoires de personnes que je ne connaissais pas auparavant.

Est-ce que vous notez certaines histoires?

Oui, j’ai par exemple rédigé la biographie de ma belle-mère. Nous avons beaucoup apprécié ce temps passé ensemble à nous rappeler des souvenirs et à nous écouter. Il en est résulté un petit livre que je lui ai offert. J’aime tout particulièrement la transmission orale de récits, car elle se caractérise par une certaine légèreté. Il n’est pas toujours nécessaire de tout coucher par écrit. Or la légèreté de la transmission orale attire particulièrement les femmes.

À ce propos: pourquoi les cafés-récits attirent-ils plus de femmes que d’hommes?

J’ai fait la même constatation en tant qu’animatrice de cafés-récits. Je pense que les femmes se sentent bien dans un espace où il ne s’agit pas de se profiler. Elles apprécient que les cafés-récits soient axés sur une expérience commune, que le thème y occupe la place centrale et non la question de savoir quelle histoire est la plus intéressante.

Quels sont les objectifs de votre association zur Förderung lebensgeschichtlichen Erzählens?

Les six membres fondatrices de l’association ont constaté que la méthode du récit de vie était méconnue et que la valeur de l’écoute est très souvent sous-estimée au quotidien. Nous désirons changer cet état de fait en soutenant et donnant de la visibilité à un maximum de projets liés à des récits de vie. C’est pourquoi nous organisons de nombreuses manifestations, par exemple une rencontre thématique, le 19 mars 2022, qui sera consacrée à l’élaboration d’une biographie au fil d’un dialogue: des récits de vie de «personnalités publiques».

 

Portrait

Lilian Fankhauser est chargée de l’égalité homme/femme à l’Université de Berne. Pendant son temps libre, elle s’engage comme animatrice au sein du Réseau Café-récits suisse et propose des ateliers sur les bases théoriques et les méthodes de la narration de récits de vie.

À la suite du CAS «Lebenserzählungen und Lebensgeschichten» (Récits de vie et accompagnement biographique) à l’Université de Fribourg, elle a fondé, avec ses camarades d’études, une association qui encourage la narration de récits de vie (Verein zur Förderung lebensgeschichtlichen Erzählens). Sur leur site Internet, elles publient le calendrier de leurs manifestations, proposent des conseils et mettent leurs membres en contact. Elles sont actives en tant que conseillères et coaches pour d’autres institutions et documentent, sur demande, des histoires de vie.

 

L’effet curatif des cafés-récits

Kerstin Rödiger, aumônière à l’Hôpital universitaire de Bâle et animatrice de cafés-récits depuis plusieurs années, décrit dans un article comment la méthode du café-récits est utilisée à l’hôpital et ce qu’elle parvient à atteindre.